Focus

Jean Baptiste Rosvelt

069
Jean Baptiste Rosvelt 069

Jean Baptiste Rosvelt est né à Saint Michel de Latalaye le 12 septembre 1955 d’une famille d’agriculteurs. Il a beaucoup en commun avec Salvador Dali. Son art révèle des techniques traditionnelles du volume et de la profondeur. Il y a parmi les collectionneurs des oeuvres de Jean Baptiste Rosvelt le Chancelier Helmut Kohl, le Président Shimon Perez et la Campbell Family.

068
Jean Baptiste Rosvelt 068

Cette terre natale saupoudrée de vestiges indiens historiques, comme la grotte de Saint Francisque et la plaine de débouchée où les Anglais cultivaient l’ail durant l’époque coloniale. Il laisse la maison paternelle à l’âge de 17 ans pour compléter ses études.

072
Jean Baptiste Rosvelt 072

En 1982, il se dédie de manière formelle et professionnelle à l’art qu’il professe toujours actuellement. En 1985, il expose pour la première fois à Milan, en Italie, commençant ainsi sa carrière. En 1986, il expose à Miami, un évènement sponsorisé par le gouvernement fédéral américain. En 1987, Jean Baptiste Rosvelt expose à la casa de Francia en république Dominicaine sous les auspices des ambassades de France et de Haïti. L’année 1988, il retourne à Haïti pour se dédier à l’investigation et à la documentation. Il y dédia 15 ans. Malgré sa retraite, il participa à une exposition en compagnie des grands maitres de la peinture haïtienne, à l’institut Français d’Haïti à l’occasion de la venue en Haïti du rédacteur en chef de la revue noire, Mr Simon Njami.

044
Jean Baptiste Rosvelt 044

En 1992, il a réalisé sa première grande exposition en Haïti dans une grande galerie à Petionville dans les hauteurs de Port au Prince. Toute l’exposition a été acquise par un collectionneur. En juin 2001, il voyage en France, invité par le musée du louvre, l’académie des beaux arts de Paris, expose à Nevers, visite Giverny, la patrie de Monet, invité par le secrétaire perpétuel de l’académie des beaux arts de Paris, M. Arnaud d’Hauterives. En 2004, il se retire dans sa province natale occupe dans ses champs et la consolidation d’un centre d’épanouissement, sa principale préoccupation.

080
Jean Baptiste Rosvelt 080

Une peinture sensuelle, aux accents érotiques, auxquels se mêlent dans un même volupté de couleurs l’histoire de son pays: le vaudou, la religion, l’histoire, la vie, la mort, la trahison, la passion.. Une palette de sentiments parfois exacerbés adoucis par l’omniprésence de la sensualité, qu’elle soit femme, arbre, fruit, léguée ou étoffe. Son éla, sa stimulation, l’artiste haïtien les puise dans la vision de sa vie de demain. Le présent n’est plus d’actualité une fois évoqué et l’homme ne peut pas vivre sans rêve. C’est un étonnant créateur d’images oniriques de surréalisme. Il connaît un succès éclatant qui lui vaut d’être exposé en Amérique latine et en Europe.

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Les naïfs haïtien

Prefete DuffautAprès la Seconde Guerre mondiale, le peintre et professeur américain Dewitt Peters crée en 1944 une école d’art et de peinture à Port-au-Prince. Son enseignement reste dans un premier temps académique et influencé par les courants occidentaux ou américains. Impressionné par le syle naïf des peintres des rues, Peters décide d’accueillir, en complément de ses étudiants traditionnels, des autodidactes à qui il fournit le matériel qui leur permettra d’exprimer leur talent. Une première vague de ces artistes commence à connaître une certaine notoriété, comme Hector Hyppolite, Rigaud Benoit, Castera Bazile, Wilson Bigaud ou Robert Saint-Brice. C’est le début du mouvement des « naïfs haïtiens ».

Lors de ses voyages en Haïti, en 1943 puis en 1945, le poète français André Breton se prend d’admiration pour ces œuvres, qu’il associe à sa démarche surréaliste. Il publie alors un texte consacré à Hector Hyppolite, qui attire l’attention des intellectuels français sur la peinture haïtienne. D’autres écrivains, comme Jean-Paul Sartre en 1949, visitent l’île à la même époque.

Dans les années 1950, la peinture haïtienne évolue et se diversifie, s’ouvrant à différentes formes d’expression, mais privilégiant toujours les couleurs et le trait. Plusieurs ateliers voient le jour dans différentes parties du territoire. L’art naïf haïtien se répand alors dans le monde: le Museum of Modern Art de New York se porte acquéreur de toiles des artistes les plus en vogue tandis que Time Magazine reproduit des fresques haïtiennes dans ses éditions.

Le terme de « naïfs » décrit alors un style figuratif où dominent les couleurs en aplat et les sujets populaires (scènes de rue, marchés animés, combats d’animaux, etc.). Il s’applique moins à la technique des artistes qui maîtrisent totalement leur art. Dans les années 1960, les acheteurs s’arrachent les œuvres des naïfs haïtiens qui deviennent des articles recherchés sur le marché de l’art. Ce brutal intérêt commercial, qui provoque l’émergence d’une véritable industrie artisanale de peintures naïves, amènera des artistes comme la communauté de Saint Soleil à revenir aux sources en plaçant la culture vaudou au cœur de leur démarche.

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Le Surréalisme Vaudou et l’école du Saint Soleil

Le culte vaudou apparaît très tôt dans la peinture haïtienne. Les deux figures les plus marquantes et les plus symboliques sont Hector Hyppolite et Robert Saint-Brice, dont la démarche artistique a été saluée par André Breton pour le premier, et par André Malraux pour le second.

Au début des années 1970, Maud Robart et Jean-Claude Garoute (connu comme peintre sous le nom de Tiga) créent un centre d’art destiné à accueillir les artistes autour du thème du mystère vaudou. Ils l’installent d’abord dans le quartier de Nénettes, à Pétionville, dans les hauteurs de Port-au-Prince. L’expérience n’est pas concluante, mais les deux intellectuels s’accrochent à leur projet. Ils déménagent en 1973 à Soisson-la-Montagne, à une cinquantaine de kilomètres de Port-au-Prince, sur les hauteurs de Pétionville. Ils rencontrent sur place des maçons, des cuisinières, des jardiniers et des paysans auxquels ils prêtent un local, des pinceaux et des toiles. La peinture de ces « résidents » va s’orienter vers le thème du vaudou. Leur groupe sera considéré comme une école, baptisée « Saint Soleil ». En 1975, Le Ministre Français de la Culture André Malraux visite cette communauté et lui donne une aura mystique dans son essai L’Intemporel1 : il prolonge et amplifie, trente ans après André Breton, l’attrait et la séduction que la peinture d’Haïti exerce : « Un peuple d’artiste habite Haïti » écrit-il, soulignant que sur l’île, tout est sujet à transcription picturale : le marché, le mariage, la pêche et la religion, syncrétique comme à Cuba et au Brésil.

En 1978, la communauté Saint Soleil se sépare mais les peintres les plus impliqués et les plus talentueux veulent continuer à peindre : Louisiane Saint Fleurant, Denis Smith, Dieuseul Paul, Levoy Exil et Prospère Pierre Louis, les « historiques de Saint Soleil » créent un groupe informel qui prend le nom des « Cinq soleils ». Ces artistes vont essaimer et beaucoup de peintres vont se reconnaître dans leur démarche : ainsi des artistes comme Payas ou Stevenson Magloire (le fils de Louisiane Saint Fleurant, qui mourra assassiné) se font connaître jusqu’en Europe et aux États-Unis.

Longtemps, on a trouvé des toiles de ces artistes dans les magasins les plus improbables y compris les boutiques pour touristes, dans lesquelles elles côtoyaient la peinture naïve. Aujourd’hui, un marché s’est organisé autour de la peinture vaudou, et les toiles de ses représentants sont vendues, souvent très cher, dans les galeries américaines et françaises.

Partager...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone